Salle Pleyel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Salle Pleyel

Message par Dominique Strauss-Kahn le Lun 2 Oct - 23:54


Cette salle, habituellement utilisée comme salle de concerts, avait été choisie en raison de facilité d'accès, mais surtout de sa disposition. En effet, les sièges situés à l’arrière de la scène permettaient aux invités de se tenir, tout comme Dominique, face au public. Ce soir, c’est donc aux côtés de Martine Aubry, Ségolène Royal, Edith Cresson, Arnaud Montebourg , Cécle Duflot et Christiane Taubira qu'il prononça son discours d’ouverture de campagne.


Mes chers compatriotes,

Une fois de plus, c’est sous de meilleures hospices que j’aurai souhaité me présenter à vous ce soir.
Malheureusement, le bilan économique de Madame Le Pen commence à tomber, et les débuts s’annoncent catastrophique. On pensait Nicolas Sarkozy recordman de la destruction d’emploi, avec 800 000 nouveaux chômeurs à son actif, et bien figurez vous que le record tend à être battu. Sur la seule année 2017, c’est pas moins de 360 000 personnes de plus qui se sont retrouvées sur les bancs de Pôle Emploi. Quand je regarde le niveau des déficits, qui n’a pas baissé, en dépit des promesses de miracle de Madame Le Pen, et de la dette, qui ne doit son salut qu’à la pitié de nos créanciers qui s’abstiennent de nous demander des intérêts, je ne peux que m’alarmer de voir que Madame Le Pen et son fidèle lieutenant Monsieur Bompard, car oui, contrairement à ce qu’on veut nous faire croire, les deux sont l’exact identique de l’autre, cumulent à eux deux plus de 50 % des intentions de vote.

Cette élection s’annonce comme celle de la dernière chance. Nous sommes au bord du gouffre, ne faisons pas le dernier pas en avant. Un avenir meilleur reste possible.
Je veux être le président qui mènera une politique de gauche forte. Je veux être le président du travail, du mérite, de l’unité, du progrès.

Mon programme économique ne surprendra personne, et vise à diviser par deux le nombre de demandeurs d’emplois d’ici la fin du prochain quinquennat. Sans les supprimer bien entendu. C’est très ambitieux je l’entends bien, mais je suis persuadé qu’un élan positif sur le marché du travail, similaire a celui insufflé par Lionel Jospin et Martine Aubry au début des années 2000 est à notre portée.

Tout d’abord, je souhaite durcir la législation sur la durée du travail. Je suis pour le strict maintien des 35 heures. Les heures supplémentaires doivent rester possible, mais relever de l’exception, et non plus de la règle. Pourquoi un employeur ayant 140 heures de travail à offrir les répartirait entre 3 salariés plutôt que 4 ? Les heures supplémentaires offrent du pouvoir d’achat aux personnes concernées, mais à quel prix ? Moyennant quels sacrifices ? Quel état de fatigue ? Quel état de stress ? Ces salariés, leur laisse-t-on le choix de refuser ? Malheureusement, pas toujours.
Je souhaite donc diminuer le contingent d’heures supplémentaires de moitié, et augmenter la rémunération des heures supplémentaires, afin d’en limiter le recours. Je n’avance pas de chiffre exact ce soir car je souhaite agir en bonne intelligence et impliquer salariés et employeurs dans la décision finale, mais le premier point, qui ne sera pas négociable, sera de supprimer la possibilité de déroger par accord de branche à la majoration minimale de 25 %.

Ensuite, je souhaite m’attaquer à l’autre problème qui mine le marché du travbail : celui des retraites.
A quoi bon maintenir des senior de 60, voir 65 ans sur le marché du travail quand la moitié d’entre eux est épuisée, démotivée, moins productive, plus fréquemment, forcément, en arrêt maladie, plus sujette aux accidents du travail et maladies professionnelles, et l’autre moitié tout simplement au chômage. L’excuse du déficit des retraites n’est pas valable. Ce n’est pas en dérouillant le marché du travail avec des personnes qui ne demandent qu’à le quitter qu’on résoudra quoi que ce soit. A l’inverse, il faut libérer le marché du travail de ces personnes qui ont déjà tant donné, et bien mérité leur retraite, pour y ouvrir enfin l’accès aux jeunes fraîchement diplômés, dynamiques, sur-motivés, désireux de mettre à disposition leur expertise fraîchement acquise. Abaisser l’age de départ à la retraite fera augmenter de manière sensible le nombre de cotisants et la collecte de cotisations, si bien que l’afflux massif de départs en retraite sera largement financé. Car oui, un retraité coûte cher, mais un senior au chômage coûte encore plus cher. Un jeune au chômage ne consomme pas, alors que ses besoins sont immense : logement, mobilier, électroménager. Ces jeunes, en rentrant sur le marché du travail, se tourneront naturellement vers la consommation, car leur foyer sera à fonder. Ainsi, la demande ne fera que croître. C’est un cercle vertueux que je souhaite mettre en place. Je propose donc le rétablissement de l'age légal de départ à 60 ans, et l'abaissement u nombre de trimestres pour une retraite pleine à 164, soit 41 années et demi.

Enfin, permettez moi de clôturer ce meeting sur un point plus technique, mais tout autant primordial : la fiscalité. Trop longtemps, on a laissé s’installer le préjugé comme quoi la gauche, ce serait taxer puis dépenser. On a bien vu que la droite avait battu tous les records en termes de dépenses publiques et de déficit, mais il est vrai que notre fiscalité doit être repensée. Je suis persuadé qu’il est possible de collecter moins d’impôts mais de collecter mieux.
Je propose tout d’abord d’aligner entièrement la fiscalité du travail sur celle du capital. J’entends donc supprimer tous les prélèvements libératoires existants, ces prélèvements ne bénéficiant qu’aux personnes à hauts revenus capitalistiques, qui de toute manière sont très imaginatifs lorsqu'il s’agit de défiscaliser. Je souhaite que l’ensemble des revenus du capital soit soumis au même barème que ceux du travail : le barème de l’impôt sur le revenu.
Sous quel prétexte une somme identique serait moins imposé lorsqu’elle provient de placements que lorsqu’elle provient d’un salaire ? Est cela le signal que nous voulons envoyer à nos salariés ? Travaille, tu seras puni ? Et bien je m’y refuse.
Ensuite, j’entends également m’attaquer une bonne fois pour toute aux niches fiscales. Un audit sera lancé afin de lister les niches fiscales inutiles et trop coûteuses, et celles ci seront supprimées.
J’entends également diviser progressivement par 2 le plafond des niches fiscales.
En matière de lutte contre la fraude, car cela reste une priorité, je demanderai la mise en place du prélèvement à la source pour les revenus du travail comme ceux du capital. Et afin de lutter contre le maquillage de revenus, je demanderai également que soit justifiés tout mouvement financier vers ou depuis l’étranger au délà d’un certain seuil.
Enfin, en matière de fiscalité sur le logement, et en soutien aux ménages face à un marché immobilier de plus en plus saturé, je propose deux mesures qui s’appliqueront immédiatement. Je souhaite tout d’abord que la résidence principale soit exclue de l'assiette de l’impôt sur la fortune. La résidence principale, tantôt fruit d’un travail, tantôt d’un héritage, constitue, au même titre qu’une résidence principale louée, un besoin primaire. Il n’est donc pas normal de la considérer comme un signe de richesse taxable, quand même certaines sont, très luxueuses.
De plus, je souhaite mettre en place une réforme de grande ampleur sur la taxe d’habitation et la taxe foncière. Ces deux impôts sont profondément injustes puisqu'ils sont calculés sur une valeur cadastrale, fondée sur la base de données datant de 1970. Si bien que pour un même logement, la taxe peut varier du simple au triple selon la ville. Je souhaite que la surface du logement et le nombre de personne y vivant deviennent les seuls critères de fixation de la valeur cadastrale, servant de base de calcul à ces deux taxes.
Je suis persuadé qu’il reste possible de redonner aux français confiance en notre système fiscal, principal financeur de nos services publics, que certains voudraient supprimer, mais dont nous avons tant besoin.

Mes chers compatriotes, ne vous trompez pas de combat. Ne tombez pas dans les pièges qui vous sont tendus. Analysez les discours des candidats, reprenez les propositions qui sont faites. Regardez les bilans de certains, les projets des autres. Prenez le temps de comparer. Libre à vous de voter pour qui vous voulez, mais sachez une chose ? Contrairement à nombre de mes concurrents, je n’aspirerai pas à la popularité, mais à la réussite et la prospérité du pays. A l'assainissement de notre économie. A la baisse rapide et durable du chômage. Au rétablissement de relations harmonieuses entre salariés et employeurs. Tout simplement, à faire de la France un pays ou il fait bon vivre, bon travailler, et bon investir.

Vive la République, Vive la France.
avatar

Dominique Strauss-Kahn


Revenir en haut Aller en bas

Re: Salle Pleyel

Message par Marine Le Pen le Lun 9 Oct - 19:19

C'est devant une salle archi comble que Marine Le Pen a tenu son premier discours de campagne de second tour.

Mes chers compatriotes de métropole et d'outre-mer,

C'est avec un profond sentiment de gratitude que je m'adresses aujourd'hui à vous. Vous m'avez hier placé largement en tête du premier tour de l'élection présidentielle, démontrant par là que vous souhaitiez poursuivre la politique que j'ai menée pendant près de 5 ans. Mais je n'oublie pas non plus votre second choix. En choisissant Monsieur Strauss-Kahn, vous m'envoyez un message fort. Je ne peux évidemment me résoudre que notre pays ne soit dirigé par cet homme qui n'est que la suite logique du désastreux bilan de Monsieur Hollande et qui porte une image déjà bien attaquée à l'étranger.

Je suis la seule aujourd'hui à pouvoir défendre le vrai patriotisme. Nous allons continuer à affirmer notre souveraineté en vous soumettant une vraie réflexion sur l'Union Européenne. Nous allons transformer notre économie en passant à une économie nationale forte. Et apr dessus tout, nous allons améliorer vos conditions de vie: revalorisation des allocations, renforcement de la santé, fin de la retraite à 62 ans, plus de pouvoir d'achate t aides aux agriculteurs. Plus que jamais, le programme que je porte est un programme de grande avancée sociale qui défend vos intérêts et les valeurs de la France.

Alors le 7 mai prochain, choisissez la grandeur de la France, votez pour le seul projet patriote! Vive la République et vive la France!


avatar

Marine Le Pen


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum